Pourquoi un DEA ?


 

Pourquoi faire l'acquisition d'un défibrillateur ?

Chaque année, en France, environ 60 000 personnes sont victimes d'un arrêt cardiaque. Sans intervention avec un défibrillateur, le taux de survie est seulement de 5 %.
L'utilisation d'un défibrillateur semi-automatique ou entièrement automatique dans les 5 première minutes qui suivent l'arrêt cardiaque, associée aux techniques de réanimation cardio-pulmonaire, permet d'augmenter les chances de survie à plus de 30 %.
 

Quel rôle joue précisément le défibrillateur dans le cas d'un arrêt cardiaque ?

 

Lorsque le rythme cardiaque devient irrégulier, le défibrillateur envoie des décharges électriques au niveau du cœur de la victime de manière à rétablir un rythme cardiaque normal.

 

Qui peut utiliser un défibrillateur ?

 

En dépit de leurs efforts, les secouristes peuvent arriver trop tard sur le lieu d'un accident , et ainsi limiter les chances de survie de la victime en lui administrant les chocs électriques trop tardivement.

C'est pourquoi, l'utilisation des défibrillateurs a été étendue vers le grand public.

En effet, le décret n° 2007-705 du 4 mai 2007 relatif à l'utilisation des défibrillateurs automatisés externes par des personnes non médecins et modifiant le code de la santé publique stipule que

« toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe [...] ».

Un défibrillateur est un appareil simple d'utilisation qui assiste par ailleurs, pas à pas, le sauveteur. Il peut être utilisé par n'importe qui. Il est cependant conseillé de suivre une formation afin d'éviter le stress de l'inconnu en cas d'incident cardio-respiratoire et d'acquérir la pratique de la Respiration Cardio-Pulmonaire (RCP).

 

Quels sont les différents types de défibrillateur ?

 

Il existe deux types de Défibrillateurs Automatisés Externes (DAE) :

Le défibrillateur entièrement automatisé (DEA) délivre automatiquement le choc. Il analyse le tracé et délivre si besoin est le choc. L'usage est essentiellement tourné vers le grand public car le sauveteur n'a aucun bouton à presser.

Le défibrillateur semi-automatique (DSA) nécessite l'intervention du secouriste. L'appareil analyse le tracé électrique du patient mais n'administre pas automatiquement la défibrillation. Une consigne sonore ou visuelle donne le feu vert à l'utilisateur pour le faire. C'est le secouriste qui délivre le choc en appuyant sur un seul et unique bouton.

De part le stress que peut générer le simple fait d'enclencher le choc électrique, nous préconisons de réserver l'usage des défibrillateurs semi-automatiques aux secouristes professionnels.

 

Comment faire le bon choix d'un défibrillateur ?

 

L'appareil doit :

- tenir compte de la corpulence de la victime, du volume de la cage thoracique pour adapter la puissance du choc,

- être toujours prêt à fonctionner grâce à des auto-contrôles complets et permanents,

- être résistant à la poussière et à l'humidité. Les défibrillateurs sont dotés d'un indice de protection IP à la poussière (1er chiffre) et à l'humidité (2e chiffre). IP55 signifie un excellent niveau de protection dans les 2 environnements car l'échelle va de 0 à 6.

Il faut également prendre en compte les 3 paramètres vitaux de l'appareil :

- la pile,

- l'amplificateur,

- le condensateur.

La pile : pour l'autonomie du DAE et de ses auto-contrôles : plus sa puissance sera élevée, plus grande sera l'autonomie du défibrillateur.

L'amplificateur : sensibilité de détection des battements cardiaques. Plus la sensibilité de l'amplificateur est importante, plus grande est la capacité du défibrillateur à détecter la moindre fibrillation cardiaque et donc d'envoyer un choc. Si aucune activité n'est détectée, le défibrillateur ne choquera pas.

Le condensateur : puissance pour s'adapter à toutes les morphologies. Les nouvelles recommandations de l'ERC sont une puissance minimum de 200 joules pour le 1er choc en cas d'utilisation par un non professionnel. Les chocs supplémentaires se doivent d'être supérieurs en puissance au choc initial.

 
 

Un DEA sans formation ?

Un défibrillateur est un appareil simple d'utilisation qui assiste pas à pas le sauveteur. Il peut être utilisé par n'importe qui même sans initiation.

Nous conseillons toutefois de suivre au préalable une formation minimale afin d'éviter le stress de l'inconnu en cas d'incident cardio respiratoire et d'acquérir la pratique de la respiration cardio pulmonaire car, contrairement à une idée répandue, l'utilisation d'un défibrillateur ne permet pas à elle seule de réanimer une personne.

Trois actions sont fondamentales dans la chaine de survie : appeler les secours, masser (pratique du massage cardiaque), défibriller.

Dans le monde de l'entreprise, le code du travail rend obligatoire la formation des secouristes dans chaque atelier où sont accomplis des travaux dangereux ainsi que sur les chantiers employant au moins 20 travailleurs pendant plus de 15 jours. Si une entreprise fait par ailleurs le choix de s'équiper d'un défibrillateur, on ne peut que recommander à l'employeur, pour répondre à son obligation de formation, d'inscrire ses salariés à des sessions de secourisme ou d'initiation adaptées à la mise en oeuvre de l'appareil sélectionné.